Gestion de l’amélioration continue : les 5 points clés pour réussir

Pour pouvoir évoluer constamment, la gestion de l’amélioration continue exige d’insuffler cet état d’esprit à l’ensemble des équipes et cela implique souvent un changement important des méthodes de travail.

L’un des objectifs de l’amélioration continue est notamment de passer d’un mode de gestion curatif à davantage de préventif. Il s’agit d’améliorer le fonctionnement d’une entreprise, en réduisant les gaspillages. Les but sont les suivants :

  • De meilleures conditions de travail pour les salariés,
  • Des clients plus satisfaits et donc plus fidèles,
  • Une meilleure collaboration avec les partenaires (fournisseurs, etc…).

Votre problème est que vous essayez de penser à ce qu’il faut apprendre à vos employés . Vous n’avez pas besoin de leur apprendre quoi que ce soit. Ce que vous devez faire, c’est aider les opérateurs à rendre leur travail plus facile. C’est cela votre travail.

Taiichi Ohno

1. Garantir une implication forte de la direction générale

La gouvernance est un des principaux facteurs clés de succès. Une impulsion de la direction générale n’est pas seulement idéale, elle est fondamentale si l’on veut que l’amélioration continue se déploie efficacement sur le long terme.

2. Impliquer les collaborateurs à tous les niveaux

Il s’agit ici de favoriser le changement en rendant compte des avantages et de faire changer l’avis des collaborateurs sans les « brusquer ». Il est essentiel que les équipes, voient et comprennent la l’envergure de ce qu’il est possible de faire dans le futur pour être plus performant.

3. Utiliser des faits et des données concrètes

Dans le cadre de l’amélioration continue, on ne peut agir que sur des choses tangibles et mesurables. Les différents types d’actions s’appuient systématiquement sur des faits concrets :

  • L’action curative qui intervient juste après un dysfonctionnement,
  • L’action corrective qui évitera que le dysfonctionnement ne se reproduise,
  • L’action préventive, qui doit idéalement à terme supplanter les autres actions pour permettre d’anticiper un éventuel dysfonctionnement.

4. Adapter la méthode à chaque contexte

Il existe différentes méthodes pour mettre en œuvre une démarche d’amélioration continue. Il est essentiel d’appliquer la bonne méthode à chaque problématique si l’on veut disposer de la piste de résolution adéquate. Elles peuvent être utilisées indépendamment et il est parfois intéressant de les utiliser combinées entre elles.

5. Agir selon les 4 étapes de la Roue de Deming

Pour pérenniser la démarche d’amélioration continue, l’idéal est de mettre en place le cycle PDCA (Plan, Do, Check, Act), c’est à dire en français : Planifier, Réaliser, Vérifier et Améliorer. Modélisé par la fameuse « Roue de Deming », qui permet de « répéter » constamment les actions :

  • Planifier : il faut fixer des objectifs précis et transparents si l’on veut être en mesure d’élaborer des plans d’actions clairs et compréhensibles.
  • Réaliser : la collaboration et le travail en équipe sont la clé pour partager les responsabilités et la motivation ; cela exige néanmoins de communiquer de manière régulière.
  • Vérifier : les résultats obtenus doivent être mesurés continuellement si l’on veut pouvoir évaluer l’impact des actions et initiatives mises en œuvre.
  • Améliorer : certains points peuvent toujours être améliorés, il faut donc continuer à communiquer et à challenger les équipes.

Les outils d’optimisation et de sécurisation des processus

  • La méthode Kanban,
  • La méthode des 5S,
  • La méthode Kaizen,
  • L’autodiagnostic,
  • La démarche Lean.

Maximiser les résultats de l’amélioration continue nécessite pour autant de ne pas s’éparpiller et de choisir les bons outils tout en maintenant une communication constante entre les équipes sur les différents plans d’actions en cours, idéalement au sein d’une plateforme collaborative de gestion de projet.

Pour récapituler l’article :

Catégories

Produit du mois

Étiquettes